Jui
29
2012

La foi est la source de l’espoir

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

La foi est la source de toute renaissance:

image
Chers frères :
L’espoir est une des sources de sécurité et de sérénité, C’est un rayon qui éclaire les ténèbres et illumine les repères et qui clarifie les chemins. Par lui pousse l’arbre de la vie et par lui s’élèvent les édifices. Grâce à l’espoir, l’être humain goute la saveur du bonheur, sent la joie de vivre, c’est une force qui propulse, qui « détend la poitrine » pour le travail, qui crée les causes de lutte pour le devoir, qui répand l’énergie dans le corps et l’esprit, qui pousse le paresseux vers l’effort et le sérieux, la gloire et la persistance, il pousse le perdant à refaire la tentative, pousse le gagnant a redoubler d’effort et de persévérance. Ce qui pousse le semeur au labeur et à la sueur, c’est son espoir dans la vie. Ce qui fait prendre au marchand les risques du voyage et des dangers, c’est son espoir du gain. Ce qui envoie l’étudiant sur le chemin de l’assiduité et de l’obstination, c’est son espoir de réussite. Ce qui pousse le soldat à la bravoure et au courage, c’est son espoir de vaincre. Ce qui adoucit l’amertume du médicament au malade, c’est son espoir de guérison. Eh bien, ce qui pousse le croyant à contrer sa passion et à obéir à son Seigneur, c’est son espoir pour Sa Miséricorde et Son paradis. Toute peine serait perdue sans espoir.
L’espoir a un autre côté négatif, dénigré par le Saint Coran et par la Sunna. Il a aussi un côté positif, et je parle ici du côté positif de l’espoir.
L’espoir est le secret de la vie et le moteur de son mouvement, atténuant ses difficultés, y dispensant la joie et l’allégresse et le contraire de l’espoir, c’est le désespoir, c’est l’extinction de la flamme de l’espoir dans la poitrine et la rupture du fil de l’espérance dans le cœur, C’est l’obstacle abrupt insurmontable, c’est le handicap dominateur qui détruit dans l’âme l’incitation au travail et affaiblit dans le corps les sources des force.

La disparition de l’espoir est la cause de l’affaissement

Ibn Massoud, que Dieu l’agrée, a dit :

La perte est dans deux choses : le découragement et l’orgueil

image
Le découragement, c’est le désespoir et l’orgueil c’est la vanité. Et l’Imam Al Ghazali, que Dieu le bénisse, explique ce propos de Ibn Massoud en indiquant : que ce qu’il y-a de commun entre les deux : le découragement et la vanité (c’est l’immobilisme), car le bonheur ne s’obtient qu’avec la sollicitation et l’agissement, l’effort et la persévérance et celui qui est découragé ne tente rien et ne demande rien car il pense que ce qu’il demande est impossible, donc le désespéré ne bouge pas, il est immobile, il campe sur sa place, il n’évolue pas. Et le suffisant vaniteux pense qu’il a tout fait et a obtenu ce qu’il désirait, et donc il ne tente plus rien, ainsi le disponible n’est pas requis et l’impossible n’est pas requis.

La perte est dans deux choses : le découragement et l’orgueil

Le désespéré ne bouge pas et le vaniteux ne bouge pas, car le désespéré voit que son but est impossible, donc il s’assoit et le vaniteux pense qu’il a tout obtenu donc il ne bouge pas.
Si l’élève était désespéré de réussir, il fuirait le livre et le stylo et il n’aimerait plus ni l’école ni la maison, et toute leçon particulière ne lui serait d’aucune utilité, et tout conseil ne lui servirait à rien, aucun endroit ne serait assez calme pour lui. Il a perdu l’espoir et ne reprendra ses études qu’une fois que l’espoir aura rejailli dans son âme.
Le malade, lorsqu’il est désespéré de guérir, détestera le médicament et le médecin, la clinique et la pharmacie et ne supportera plus sa vie, ne supportera plus personne. Aucun remède ne lui sera utile à moins qu’il ne reprenne espoir.
Si désespoir gagnait quelqu’un, la vie serait noire à ses yeux, les portes seraient fermées et les causes seraient vaines. La terre entière serait trop étroite pour lui.

La disparition de l’espoir est inséparable du manque de foi:

Il y-a une coexistence constante entre le désespoir et la mécréance, tu trouveras que les mécréants sont les gens les plus désespérés et les désespérés les plus mécréants. Dieu, Glorifié soit-Il dit :

(Seule désespère de la clémence de Dieu la gent mécréante)

[Sourate de Joseph, verset 87]

Il dit aussi :

(Il dit : et qui donc désespère de la miséricorde de son Seigneur si ce n’est les égarés)

[Sourate Al-Hijr, verset 56]

Ce désespoir se manifeste le plus souvent dans les moments difficiles, Dieu gloire à Lui a dit :

(Si Nous faisons goûter à l’homme quelqu’effet de Notre miséricorde puis que Nous l’en dépouillions, il est alors vraiment enclin au désespoir et à la négation)

[Sourate Houd, verset 9]

(Sauf ceux qui ont patienté et accompli les bonnes œuvres, ceux-là auront une absolution et un grand salaire)

[Sourate Houd, verset 11]

(Quand Nous accordons Nos bienfaits à l’homme, il (Nous) tourne le dos (par orgueil et manque de reconnaissance) et se replie sur lui-même (par avarice et égoïsme). Mais dès que le mal le touche, le voilà dans un désespoir infini)

[Sourate Al-Isra, verset 83]

Et dans un autre verset :

(L’homme ne se lasse pas de prier pour les biens (de ce monde) et quand le mal le touche, le voici écrasé sous le chagrin de son désespoir)

[Sourate Fussilat, verset 49]

Il y-a une indissociabilité inévitable entre la mécréance et le désespoir, tu trouveras que les désespérés sont les gens les plus mécréants et que les mécréants sont les gens les plus désespérés.

La disparition de l’espoir est inséparable du doute d’Allah

Et le désespoir n’est pas indissociable de la mécréance seulement, mais du doute également, ainsi tout chacun qui a perdu la foi inébranlable en Dieu, en Sa Perfection, Son Unicité, Sa Divinité, Sa Rencontre, Sa Sagesse et Sa Justice, se voit privé de l’espoir, privé du regard optimiste vers les gens, vers le monde et vers la vie.
Il existera en regardant la vie avec « des lunettes noires », il voit que la terre est une jungle, et que les gens y sont des bêtes sauvages, que la vie est une charge insupportable, c’est le regard des désespérés, c’est le regard des gens à la foi faible, c’est le regard des égarés.

L’espoir est la source de la foi:

image
Seule la foi fait naitre l’espoir dans les âmes.
L’espoir a un côté négatif et un côté positif, je parle aujourd’hui du côté positif, car le côté négatif a été dénigré par Dieu dans le Saint Coran et dans la Sunna du prophète que la Paix et le Salut soient sur lui.
Le désespoir et la mécréance sont indissociables, comme le sont également l’espoir et la foi. Le croyant est celui qui a le plus d’espoir parmi les gens, le plus d’optimisme et le plus de joie, il est le plus éloigné du pessimisme, du mécontentement et de la contrariété. La foi, que veut-elle dire ?
• Elle veut dire que tu crois en une Force Suprême qui régit ce monde, à qui rien ne peut échapper, qui n’est impuissante devant rien.
• Que tu crois en une Force Infinie, une Immense Miséricorde et une Générosité Illimitée.
• Que tu crois en un Dieu Miséricordieux, Capable de toute chose, qui répond à l’invocation de l’opprimé et du contraint, qui soulage du mal, qui octroie largement, qui pardonne beaucoup, qui accepte le repentir de ses esclaves, qui absout pour les péchés.
• Que tu crois en un Dieu plus Généreux et plus Affectueux envers ses esclaves que la mère envers son enfant, et plus Charitable envers ses créatures qu’elles ne le sont envers elles-mêmes.
• La foi signifie que tu crois en un Dieu qui étend sa main la nuit pour que se repentisse le pécheur du jour et qui étend sa main le jour pour que se repentisse le pécheur de la nuit.
• La foi signifie que tu crois en un Dieu qui se réjouit du repentir de son esclave, plus que l’égaré qui retrouve son chemin, plus que l’absent qui revient et plus que l’assoiffé qui se désaltère.
• La foi signifie que tu crois en un Dieu qui récompense dix fois plus pour une seule bonne action, il récompense jusqu’à sept cents fois plus ou davantage et qui récompense une mauvaise action par sa pareille, voire par une absolution.
• La foi signifie que tu crois en un Dieu qui invite celui qui s’égare de Son chemin de près et qui va à la rencontre de celui qui vient vers Lui de loin :

Je suis à la mesure de ce que mon esclave pense (de bien) de Moi. Je suis avec lui lorsqu’il M’évoque. S’il M’évoque dans son esprit, Je l’évoquerai dans Mon esprit, et s’il m’évoque dans un groupe, Je l’évoquerai dans un groupe meilleur que lui, s’il se rapproche de Moi de la longueur qu’il y-a entre le pouce et le majeur, je me rapprocherai de lui de la longueur d’un bras, et s’il se rapproche de moi d’un bras, je me rapprocherai de lui d’une brasse et s’il vient à moi en marchant, j’irai vers lui en courant

[Hadith Qudsi d’après Al Boukhari et d’autres]

• La foi veut dire que tu crois en un Dieu qui fait s’alterner les jours entre les gens en changeant la peur en sécurité, la faiblesse en force, en élargissant toute situation étroite, en prévoyant une issue a toute peine et une facilité a toute difficulté.

L’espoir et le croyant :

image
Le croyant s’attache solidement a son Dieu, le Bienfaisant, le Miséricordieux, le Digne (l’Honorable) le Généreux, l’Absoluteur l’Affectueux, Le Détenteur du Trône Suprême, Le Puissant et L’Agissant selon Sa Guise. Il vit dans un espoir positif sans fin et une espérance sans faille, il est toujours optimiste, regarde la vie avec un visage souriant et reçoit ses aléas avec une grande confiance.
• S’il fait la guerre, le croyant est sûr de la victoire car il est avec Dieu alors Dieu est avec lui, et, parce qu’il est à Dieu, alors Dieu est à lui :

(Notre parole a déjà été effectivement donnée à Nos esclaves messagers (171) Que c’est surement à eux qu’on donnera la victoire (172) Et ce sont certainement nos soldats qui auront le dessus (173))

[Sourate Al-Saffat, versets 171, 172, 173]

• Et si le croyant tombait malade, son espoir ne faiblirait pas pour la guérison :

(Celui qui m’a créé et c’est Lui qui me guide (78) C’est Lui qui me donne à manger et à boire (79) Quand je tombe malade, c’est Lui qui me guérit (80))

[Sourate Al-Chouara, versets 78, 79, 80]

• Et si le croyant commettait un péché, il ne serait jamais désespéré de l’absolution, aussi grand que soit son péché car Dieu est encore plus Grand. Dieu Gloire à lui dit :

(Dis : O Mes Esclaves qui avez trop surchargé votre âme, ne désespérez pas de la clémence de Dieu ; Dieu absout les pêchés dans leur totalité entière. C’est Lui par excellence L’Absoluteur et Le Clément)

[Sourate Al-Zomour, verset 53]

• Et s’il rencontrait une difficulté, il serait toujours dans l’espoir de la facilité :

(Chaque situation difficile est accompagnée d’une situation aisée (5) oui chaque situation difficile est accompagnée d’une situation aisée (6))

[Sourate Al-Chrh, versets 5, 6]

Et une difficulté ne vaincrait jamais deux facilités, dut-elle entrer dans une pierre, elle serait toujours suivie de facilité.
• Et si quelque calamité frappait le croyant, il serait, avec l’espoir et la confiance en son Seigneur, récompensé pour sa patience et rétribué de la meilleure façon. Dieu Gloire a Lui dit :

(Ceux qui, lorsqu’une calamité les touche, disent : Nous appartenons à Dieu et c’est à Lui que nous devons retourner (156) Ceux-là ont sur eux des bénédictions de leur Seigneur ainsi qu’une miséricorde et ce sont ceux-là les bien guidés (157))

[Sourate Al Bakara, versets 156, 157]

• Même lorsque le croyant se met quelqu’un à dos ou le déteste, il est plus près d’un lien de paix, espérant une franchise et un accord, croyant que Dieu change les cœurs d’un état à un autre, Dieu Gloire a lui dit :

(Peut-être que Dieu établira une amitié agissante entre vous et ceux d’entre eux dont vous avez été les ennemis. Dieu est infiniment capable et Dieu est infiniment Absoluteur et Miséricordieux)

[Sourate Al-Mumtahina, verset 7]

• Et si le croyant voyait une injustice, il se révolterait même si le bien fait défaut car il est persuadé que l’injustice est éphémère et que la vérité et la justice sont à venir et triompheront :

(Nous frappons plutôt violemment le faux avec le vrai qui lui brise le crâne et le voilà dissipé à jamais et que le malheur et la mort soient sur vous pour vos allégations mensongères)

[Sourate Al-Anbia, verset 18]

• Le croyant, lorsqu’il est atteint de vieillesse, que ses os se fragilisent et que ses cheveux blanchissent, et bien il n’arrête pas d’aspirer à une autre vie dans laquelle la jeunesse est sans vieillesse, la vie est sans mort, et le bonheur est sans malheur, Dieu Gloire a Lui a dit :

(Les jardins de l’Eden que Le Très Miséricordieux a promis à ceux qui L’ont humblement adoré bien qu’appartenant à l’inconnu. On vient immanquablement à tout ce qu’Il a promis)

[Sourate Marie, verset 61]

Des exemples concrets au sujet de l’espoir:

La foi seule, et j’insiste sur le mot seule, est capable de faire exploser l’espoir dans les âmes.

1-Notre maitre Abraham,–que le salut de Dieu soit sur lui et sur notre prophète Mohamed :

Notre maitre Abraham, le père des prophètes –que le salut de Dieu soit sur lui et sur notre prophète Mohamed- a demandé un enfant à Dieu alors qu’il était très vieux :

(Dieu, accordez-moi un descendant parmi les bienfaisants.)

Que tu sois à un âge avancé et que tu demandes la descendance, c’est l’expression de son espoir du don de Dieu.

2-Notre Maitre Jacob, –que le salut de Dieu soit sur lui et sur notre prophète Mohamed :

Notre Maitre Jacob après que son Fils Joseph ait disparu -sur lui et sur notre prophète Mohamed le salut et la bénédiction de Dieu- qu’a-t-il dit ?

(Il dit : c’est plutôt votre âme bestiale qui vous embelli quelqu’entreprise. Mais belle patience, peut-être que Dieu me les ramènera Tous les deux. C’est Lui Le Sachant et Le Sage par excellence)

[Joseph, verset 83]

(Il dit : je ne fais que me plaindre à Dieu de ma dispersion (mes nombreux soucis) et de ma tristesse et je sais de la part de Dieu ce que vous ne savez point)

[Sourate Joseph, verset 86]

3- Notre Maitre Zakaria – sur lui et sur notre prophète Mohamed le salut et la bénédiction de Dieu :

Notre Maitre Zakaria – sur lui et sur notre prophète Mohamed le salut et la bénédiction de Dieu-

(C’est l’évocation de la miséricorde que ton Seigneur accorda a son humble adorateur Zacharie (2) Lorsqu’il adressa a son Seigneur un appel discret (3) Il dit : Seigneur, voilà que mes os se sont affaiblis et que ma tête s’est enflammée de cheveux blancs et, grâce aux invocations que je T’ai, Seigneur toujours adressées, je n’ai jamais été un misérable (4) J’ai craint les gens de ma famille après moi et voilà que ma femme est stérile. Accorde-moi donc de ta part un successeur (5) pour recueillir mon héritage et de l’héritage de la famille de Jacob et Faites Seigneur qu’il soit satisfait et qu’il donne satisfaction)

[Sourate de Marie, versets 2,3,4,5]

(C’est là que Zacharie invoqua son Seigneur et dit : Seigneur ! Fais-moi don de Ta Part d’une bonne progéniture. Tu entends parfaitement les invocations)

[Sourate Al- Imran, verset 38]

Que fut le résultat ?…

(O Zacharie, Nous t’annonçons la nouvelles de la prochaine naissance d’un garçon du nom de Jean (Yahia) et Nous ne lui avons fait auparavant aucun homonyme)

[Sourate Marie, verset 7]

4-Notre maitre Job (Ayoub), – sur lui et sur notre prophète Mohamed le salut et la bénédiction de Dieu :

Dieu en dit :

(Et Job quand il appela son Seigneur : le mal m’a touché dans mon corps et tu es le plus Miséricordieux de tous les miséricordieux (83) Nous répondîmes a son appel, dissipâmes le mal dont il souffrait et lui donnâmes les membres de sa famille et autant qu’eux avec eux par un effet de Notre Miséricorde et comme rappel aux adorateurs (84))

[Sourate Al-Anbia, versets 83, 84]

5-Notre maitre Jonas – sur lui et sur notre prophète Mohamed le salut et la bénédiction de Dieu :

Notre maitre Jonas était dans une situation des plus périlleuses, dans trois ténèbres : dans l’obscurité du ventre de la baleine, dans l’obscurité de la nuit et dans l’obscurité des fonds marins :

(Et l’homme à la baleine (Jonas) quand il s’en alla plein de colère (à cause de la négation obstinée de son peuple), croyant que Nous n’allions pas l’emprisonner (dans le ventre du poisson), il appela alors dans les ténèbres : Il n’y-a de Dieu que Toi, gloire et pureté à Toi ! J’appartenais vraiment aux injustes (87) Nous répondîmes alors à son appel et le sauvâmes de ce qui l’oppressait. C’est ainsi que nous sauvons les croyants (88))

[Sourate Al-Anbia, versets 87, 88]

Et Dieu a fait de cette histoire une loi (règle) en disant :

(C’est ainsi que nous sauvons les croyants (88))

[Sourate Al-Anbia, verset 88]

A n’importe quelle époque, à n’importe quel moment, n’importe où, Dans n’importe quelle situation, pour n’importe quelle ambiguïté :

(C’est ainsi que nous sauvons les croyants (88))

[Sourate Al-Anbia, verset 88]

6-Notre maitre Moise – sur lui et sur notre prophète Mohamed le salut et la bénédiction de Dieu :

Notre maitre Moise – que la paix et la bénédiction soient sur lui- a été poursuivi par Pharaon et que pensez-vous de Pharaon, avec son armée, sa force, sa tyrannie, son orgueil, alors qu’il était avec une minorité de ses compagnons affaiblis, alors que la mer était en face d’eux et que Pharaon était derrière eux, les compagnons dirent :

(Quand les deux clans furent en vue l’un de l’autre, les compagnons de Moise dirent : Nous allons être rattrapés à coup sûr (61) Il (Moise) dit jamais de la vie ! J’ai avec moi mon Seigneur qui me montrera mon chemin (61))

[Sourate Al-Chouara, versets 61, 62]

Dieu le sauva avec ses compagnons et noya Pharaon et sa suite.

7-Notre prophète –que le Salut et la Miséricorde de Dieu soient sur lui :

Notre prophète –que le Salut et la Miséricorde de Dieu soient sur lui-, alors qu’il était dans la caverne avec son Compagnon Abu Bakr Essiddik (alors qu’ils se cachaient pour échapper à leurs poursuivants pendant l’hégire vers Médine), Abu Bakr Esseddik lui dit :

O Messager de Dieu, Si l’un d’eux regardait où il pose ses pieds, il nous verrait. Il

(le prophète) lui répondit :

que penses-tu de deux dont le troisième est Allah

Certains livres racontent qu’il (Abu Bakr Esseddik) lui dit encore : O Messager de Dieu, ils nous ont vus les yeux dans les yeux. Le prophète –que le Salut et la Miséricorde de Dieu soient sur lui- lui dit alors: Aba Bakr, n’as-tu pas lu la parole de Dieu :

(Tu les vois te regarder alors qu’ils n’observent point)

Pendant l’hégire, une récompense de cent chamelles a été promise à celui qui ramènerait le prophète mort ou vif. Suraka le poursuivit, son cheval s’est alors enlisé dans le sable, le prophète –que le Salut et la Miséricorde de Dieu soient sur lui- et l’histoire est plus longue- lui dit :

Que penses-tu Suraka, si tu portais les bracelets de Kisra (le roi des Perses)… »
Que veulent-dire ces paroles ?…,

Il (le prophète –que le Salut et la Miséricorde de Dieu soient sur lui-) est poursuivi, une récompense de cent chamelles a été promise à celui qui ramènerait le prophète mort ou vif, son espoir était immense d’arriver à Médine et d’y fonder une société musulmane, de conquérir le pays et que viennent les trésors de Kisra. Et il a promis à Suraka Ibn Malek de lui faire porter les bracelets de Kisra…
A l’époque d’Omar, les trésors arrivèrent, et Omar les retourna avec un bâton dans sa main, puis il dit : celui qui a donné ça est digne de confiance. Notre Maitre Ali -que Dieu honore son visage- lui dit :

O Commandant des croyants, tu as fait preuve d’indulgence, ils ont fait preuve d’honnêteté, si tu avais basculé (du droit chemin), ils auraient basculé…

Il demanda après Suraka… Suraka vint, il lui fit porter les bracelets de Kisra, la couronne de Kisra et la chemise de Kisra, puis il (Omar) dit :

Eh bien ! Eh bien ! Un arabe (bédouin) qui porte les bracelets de Kisra…

Ceci n’a rien d’étonnant :

(Dieu a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils m’adorent et ne m’associent rien et celui qui mécroit par la suite ce sont ceux-là les dévergondés)

[Sourate Al-Nour, verset 55]

Mais lorsque

(Leur succédèrent des générations qui ont délaissé la prière et poursuivi les passions, ils auront un égarement manifeste…)

C’était donc le côté positif de l’espoir. L’espoir est généré et décuplé par la foi, la foi seule, et sans la foi, point de travail sérieux.

Les croyants franchissent les apparences des causes vers le Créateur des causes:

Les matérialistes, les perdus, les égarés, les inconscients, les insoumis, ceux-là ne constatent que les lois habituelles et les causes apparentes et n’en espèrent pas plus (ne vont pas au-delà), quant aux croyants, ils dépassent les apparences des choses, et ils pénètrent au plus profond de la création, ils atteignent ainsi Dieu, le Créateur des causes et des raisons, Celui Qui détient des motifs cachés et une bienveillance subtile et invisible, qui échappent aux esprits de ses créatures. Les cœurs des croyants se dirigent vers Lui lorsque les malheurs les accablent et lorsque les dangers les cernent.
Ils trouvent dans leur empressement vers Dieu un abri dans la détresse, une compagnie dans la solitude et un soutien dans la minorité. Le malade se dirige vers Lui lorsque sa maladie devient incurable pour les médecins, le malheureux se dirige vers Lui pour Lui demander la patience et la satisfaction, le palliatif pour ce qui a été raté et le dédommagement pour ce qui a été perdu. L’opprimé se dirige vers Lui en espérant triompher de son oppresseur dans un jour proche, en effet, il n’y-a aucun obstacle (voile) entre l’invocation de l’opprimé et Dieu. Celui qui a été privé d’enfants se dirige vers Lui pour Lui demander de lui donner une bonne descendance.
C’est cela le sens positif de l’espoir…

Et louange à Allah Seigneur de l’univers

Traduit par : Sihem Mostefai