Jui
29
2012

Sa patience du Prophète (bénédictions et paix sur lui) face aux vexations des polythéistes – Son équité.

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Mes frères croyants, nous sommes au sujet des mérites du Prophète (bénédictions et paix sur lui). Et à sa patience face aux vexations des polythéistes – Son équité.
Chers frères …parce qu’Allah a voulu que ce monde ici-bas soit un lieu d’épreuves:
Allah dit :

(Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur)

[Al-Moulk (La Royauté) : 2]

Encore Il dit :

(Voilà bien là des signes. Nous sommes certes Celui qui éprouve)

[Al-Mou'minoûn (Les Croyants) : 30]

Et encore Il dit :

(Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire: «Nous croyons!» sans les éprouver?)

[Al-`Ankaboût (L'Araignée) : 2]

Parce que la volonté d’Allah, sublimé soit-Il, a voulu que ce monde ici-bas soit un lieu d’épreuves, l’être humain doit être testé en ce qu’il n’aime pas et non en ce qu’il aime. S’il vous arrive de nager dans un fleuve dans le sens du courant, la nage vous sera facile, alors qu’en nageant dans le sens contraire, avec un but précis, vous êtes obligé de dépenser beaucoup d’énergie.
J’ai voulu par cette introduction et cet exemple vous faire savoir que si vous désirez l’au-delà et que l’obtention de celui-ci était aussi facile que la vie ici-bas, aussi facile que l’assouvissement des passions et des intérêts, la différence entre le véridique et le menteur ne sera pas claire. Mais, parce que l’au-delà va à l’encontre des intérêts matériels, l’être humain est mis à l’épreuve et le loyale se distingue.
Ainsi l’être humain ne parviendra pas au paradis sans subir d’épreuve en ce qu’il n’aime pas.

On demanda à L’imam Ach-Chafe’y si on devait demander à Allah, la consolidation de la foi ou l’épreuve, il répondit : “Vous ne serez pas consolidés avant de passer l’épreuve.”

De ce fait, si la vie du Prophète (bénédictions et paix sur lui) avait été bordée de bonheur, si Allah ne lui avait pas créé d’ennemis, de détracteurs, de contradicteurs, et s’il n’avait pas émigré à Médine ou à At-Tâ’ef, si les incroyants de Qouraïche n’avaient pas comploté contre lui et si son invitation à Allah s’était passée facilement, où aurait été l’épreuve? Comment le Prophète (bénédictions et paix sur lui) aurait été un modèle pour les autres inviteurs à Allah. C’est pourquoi la vie du Prophète (bénédictions et paix sur lui) est un exemple à suivre. Il devait passer par un chemin ardu pour donner l’exemple à ceux qui le suivraient. Parce que la base de l’épreuve l’exige, Allah dit:

(Endure (Muhammad) donc, comme ont enduré les messagers doués de fermeté)

[Al-'Ahqâf : 35]

Nous demandons tous à Allah de nous rendre la vie facile et aisée, de nous donner le succès et la santé mais il faut s’attendre et s’apprêter pour l’épreuve imposée par Allah. Si vous désirez juger l’état d’une automobile, le ferez-vous lors de la descente d’une pente ou de sa montée? Naturellement durant la montée.
Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) dit:

J’ai été intimidé comme aucun autre à cause de mon invitation à Allah et j’ai été maltraité comme aucun autre à cause de mon invitation à Allah. J’ai passé avec Bilal trente jours et nuits sans rien de ce qui peut nourrir une créature vivante à part le peu qui pouvait être contenu sous l’aisselle de Bilal

Celui qui se trouve dans une situation difficile éprouve de la crainte et c’est un sentiment naturel chez tout être. Nous avons à ce sujet le modèle du Prophète (bénédictions et paix sur lui) qui éprouvait de la crainte en sortant de la Mecque. La peur de la tyrannie d’un injuste brutal n’est pas de la faiblesse ni un manque. Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) qui était le messager d’Allah, le maître des créatures honoré par Allah, l’a connue. Vous pouvez être éprouvé, réussir et vous hausser. L’essentiel est que la peur soit dans l’obéissance à Allah de prendre soin de se trouver là où Allah désire vous voir et ne pas être là où Il ne désire pas vous voir. La peur ne diminue pas votre dignité, ni votre perfection. Quant à vous appauvrir, il arrivait au Prophète (bénédictions et paix sur lui) de ne trouver aucune nourriture arrivée chez lui.
D’après ‘A’icha mère des croyants qui dit:

Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) entra chez moi un jour et demanda : “Avez-vous quelque chose (à manger)? Je répondis : “Non.” Il dit: “Je continue donc à jeûner.” Puis il est venu un autre jour et je dis : “O Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) nous avons reçu une bouillie de dattes.” Il dit : “Montre-la moi bien que je jeûne depuis ce matin.” Et il en mangea

[Rapporté par Mouslim]

Il n’est pas honteux d’avoir peur, d’être pauvre, d’être maltraité, vous avez en cela le bon modèle du Prophète (bénédictions et paix sur lui) qui dit : “J’ai été intimidé comme aucun autre à cause de mon invitation à Allah” Mais attention, si un homme éprouve de la crainte en faisant de la contrebande est-ce pour Allah? Cette crainte n’a aucune relation avec la religion. Si un être a peur du système, de la loi, de subir une grande pénalité, cette peur se rapporte au monde ici-bas. Nous parlons ici de la crainte pour Allah, “J’ai été intimidé comme aucun autre à cause de mon invitation à Allah”, parce qu’il arrive qu’à cause de votre foi et de votre obéissance à Allah, vous ayez peur:

(à qui ils ne leur reprochaient que d’avoir cru en Allah, le Puissant, le Digne de louange)

[Al-Bouroûj (Les Constellations) : 8]

Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) dit:

J’ai été intimidé comme aucun autre à cause de mon invitation à Allah et j’ai été maltraité comme aucun autre à cause de mon invitation à Allah

Par ce hadith, le Prophète (bénédictions et paix sur lui) nous montre la peur et le mal qu’il a subi. Dans tous les cas, il y a une grande différence entre les premiers Musulmans et ceux d’aujourd’hui. Les premiers ont porté l’islam et conquis les pays. Ils ont porté leurs cœurs sur leurs mains et enduré ce qu’aucune personne n’a jamais enduré. Ceux d’aujourd’hui ont reçu une religion toute prête facilement. Tout est aisé de nos jours. Les mosquées sont ouvertes, des leçons sont données en tout lieu, les volumes du Coran sont partout ainsi que les cassettes audio et vidéo. Les faits ont complètement changé. Donc, le Prophète (bénédictions et paix sur lui) dit:

N’insultez pas mes Compagnons. Si l’un de vous dépense (pour la cause) le volume de la montagne Uhoud en or, il ne parviendra pas à égaler un mod (unité de mesure) ou la moitié d’un mod dépensé par l’un d’eux

[Hadith approuvé à l'unanimité]

Les Compagnons ont porté l’islam sur leurs épaules, ouvert les pays à la religion, lutté, combattu, ils ont été tyrannisés et chassés de leur pays.
Par Allah, si l’être réalise la quiétude et les sentiments qu’Allah met dans le cœur de celui qui est éprouvé pour Sa cause ! Si vous chargez une personne d’une mission difficile, que vous mettez chez lui un objet en dépôt et qu’il a dû subir un procès à cause de cet objet, vous ne savez comment le récompenser. Ainsi, lorsqu’Allah charge une personne de Lui obéir et que cette personne vit dans une communauté rude et paye cher son obéissance, aucun ne peut connaître ce qui l’attend comme rétribution de Sa part.
Notre Prophète (bénédictions et paix sur lui), le maître des créatures, a enduré la peur et la faim, tandis que vous n’avez été chargé d’aucune mission à part assister à une leçon de religion, appliquer l’islam dans votre foyer, dans votre lieu de travail sans beaucoup d’effort, de vous sacrifier ou de sacrifier votre famille.
A la mention du nom du Prophète (bénédictions et paix sur lui), nous demandons la paix et le salut d’Allah pour lui, nous le glorifions et le respectons. Mais lorsqu’il était apparu au milieu des siens, il avait été traité durement.
Al-Hâreth avait dit encore:

Il invitait les gens à la foi et à l’unicité d’Allah, glorifié et exalté soit-Il, alors qu’ils répliquaient et le maltraitaient. Cela dura jusqu’au milieu du jour et que les gens l’eussent quitté. Une femme est venue, portant un pot d’eau et un chiffon. Le Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) les prit, but et accomplit ses ablutions. Puis il releva la tête et dit : “O ma petite, couvre-toi et ne crains rien pour ton père.” On demanda qui c’était et on répondit que c’était Zeinab, la fille du Prophète (bénédictions et paix sur lui)

La fille du Prophète avait essayé de le soulager, imaginez la peine qu’il a dû supporter. Mais qu’avons-nous accompli nous-mêmes en comparaison pour notre religion? Si nous n’avons fait que tourner autour de nos intérêts et de nos foyers, sans nous préoccuper des autres Musulmans, sans soutenir l’invitation à Allah, venir en aide à l’opprimé et au pauvre, nous n’avons fait que nous occuper de nous-mêmes. Comment dans ce cas Allah, Se fera sentir à nous, nous aimera, nous haussera, nous fera triompher, nous soutiendra?
‘Ourwa Ibn Az-zoubayr, rapporte d’après ‘Abdillah Ibn ‘Amr Ibn Al-’Aç qui dit:

Que de fois j’ai vu Quouraïch faire du mal au Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui). Un jour j’ai vu leurs notables, qui s’étaient assemblés au Hijr, mentionner le Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) et dire : “Nous n’avons jamais enduré autant que nous avons enduré de cet homme. Il a jeté le discrédit sur notre raison, insulté nos parents, désapprouvé notre religion, désuni notre communauté, insulté nos idoles. Nous avons beaucoup enduré de sa part. Tandis qu’ils étaient ainsi, le Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) apparut et continua à marcher jusqu’à ce qu’il fut devant le coin de la pierre noire de la Ka’ba. Il passa près d’eux durant sa circumambulation et, à ce moment, ils se moquèrent de lui en mentionnant certaines de ses paroles. Je vis cela sur son visage mais il continua à marcher. Puis il passa une troisième fois devant eux et ils répétèrent leurs plaisanteries. Il leur dit alors : “ Entendez bien, ô gens de Qouraïch, par Celui qui tient l’âme de Mohammad en Ses mains, j’ai reçu l’ordre de vous égorger.” Ils furent pétrifiés par la réponse, aucun ne put prononcer un mot. Celui qui poussait contre lui le plus ne put sauver le mieux la situation qu’en disant : “Vas, Aboul Qassem, suis le bon chemin. Par Allah, tu n’as jamais été inconvenant.” Le Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) s’en alla et le lendemain ils se réunirent au Hijr et moi avec eux. Ils se rappelèrent les uns les autres ce qui était arrivé de leur part et de sa part jusqu’à ce qu’il leur eût lancé ce qui ne devait pas leur plaire. Ils se reprochèrent de l’avoir laissé. A ce moment le Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) apparut et ils se lancèrent tous en même temps vers lui et l’entourèrent en lui disant : “Tu as dit cela et ceci de nos idoles?” Le Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) répondit : “ Oui, c’est moi qui le dit.” Un des hommes le prit par son habit mais Abou Bakr (qu’Allah soit satisfait de lui) se leva et se mit à côté de lui en pleurant et dit : “Vous tuez un homme parce qu’il dit Allah est mon Seigneur?” Les hommes s’en allèrent loin de lui et c’était ce à quoi j’avais assisté du comportement le plus rude de Qouraïch envers lui

[Rapporté par Ahmad]

Si un être répète souvent des mots en public et qu’un jeune enfant les répète en l’imitant, ne se sentira-t-il pas blessé?
Des incroyants se moquaient du Prophète (bénédictions et paix sur lui) de façon insolente et il leur lança : “J’ai reçu l’ordre de vous égorger.” Stupéfiés, aucun d’entre eux ne put répondre et même celui qui le maltraitait le plus s’adoucit pour dire : “Vas, Aboul Qassem, suis le bon chemin. Par Allah, tu n’as jamais été inconvenant.”
Ils avaient exagéré leur malfaisance et l’avaient répétée plusieurs fois, ce qui mit le Prophète (bénédictions et paix sur lui) en colère et le poussa à les invectiver. Pétrifiés par la réponse qu’ils n’attendaient pas, ils ne purent prononcer un mot. Le plus agressif d’entre eux envers lui se reprit et dit avec douceur : “Vas, Aboul Qassem, suis le bon chemin. Par Allah, tu n’as jamais été inconvenant.”

Ce que Dja’far d’ailleurs avait dit une fois en faisant connaître le Prophète en ces termes : “Jusqu’à ce qu’Allah envoya parmi nous un homme dont nous connaissons l’honnêteté, la véracité, la chasteté et l’ascendance

Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) avait été moralement irréprochable avant et après sa charge de la mission. S’il l’avait été seulement après avoir reçu la charge, ses ennemis lui auraient jeté des accusations pour son comportement précédent. De même, tous les autres prophètes ont été ainsi, d’après la confirmation de tous les savants de l’unicité et de la doctrine. Lorsqu’un prophète arrivait, quels que soient leurs efforts à fouiller dans sa biographie, ses ennemis ne trouvaient rien à lui reprocher. De nos jours, en occident, les ennemis des présidents fouillent leurs biographies et publient leurs scandales sociaux et financiers. Les ennemis du Prophètes auraient voulu faire de même après qu’il soit venu avec cette religion qui jetait le discrédit sur leurs idoles, ils auraient souligné la plus petite faute pour se venger de lui. Mais avant, comme après sa mission, ils ne trouvèrent que de la perfection, de la chasteté, de l’honnêteté, de la droiture et un bon caractère.
Durant son altercation avec ces gens de Qouraïche, le Prophète leur avait dit la vérité sans aucune crainte. Mais il y a des personnes qui ont peur de dire la vérité dans une situation pareille. Pourquoi le recul? La vérité est une et le mal est un, on ne peut avoir honte de la vérité qui n’a pas besoin d’être recherchée, elle est bien évidente et ne supporte pas la duplicité. Le Prophète (bénédictions et paix sur lui) avait dit franchement à ses ennemis : “Oui, c’est moi qui le dit.”
Et Allah, glorifié et exalté soit-Il, dit :

(Ils aimeraient bien que tu transiges avec eux afin qu’ils transigent avec toi)

[AL-QALAM (La Plume) : 9]

Si le croyant ou celui qui invite à Allah craint un autre qu’Allah et tait la vérité pour le satisfaire, que lui restera-t-il à faire connaître de sa doctrine? Il sera fini

(Ceux qui communiquaient les messages d’Allah, Le craignaient et ne redoutaient nul autre qu’Allah. Et Allah suffit pour tenir le compte de tout)

[Al-'Ahzâb (Les Coalisés) : 39]

Il échouera et sera jeté à la poubelle de l’Histoire.

D’après ‘Ourwa Ibn Az-Zoubayr (l’agrément d’Allah sur eux) qui dit : “Abou Taleb mourut et les malheurs du Messager d’Allah (bénédictions et paix sur lui) augmentèrent. Il se dirigea vers Thaqîf souhaitant qu’ils l’abritent et le soutiennent. Il trouva trois frères des notables de cette tribu, se présenta à eux et se plaignit du comportement de sa communauté contre lui. Un des trois frères lui dit : “Si Allah t’a vraiment envoyé, je vole les draperies de la Ka’ba – c’est-à-dire tu es menteur-. L’autre dit : “Ou bien tu es un prophète et donc tu es trop digne pour que je puisse t’adresser la parole, ou bien tu es un menteur et donc tu es trop vil pour mériter ma parole !” Le troisième dit : “ Est-ce qu’Allah n’a trouvé personne d’autre que toi pour l’envoyer?”
C’était leurs réponses à l’invitation du Prophète. De plus, ils ne gardèrent pas la nouvelle de sa venue pour eux et la répandirent partout. Ils s’assemblèrent en deux rangées sur son chemin et se mirent à lui lancer des pierres à chaque pas qu’il faisait tout en se moquant de lui. Lorsqu’il pût finalement s’échapper d’eux, il alla s’asseoir tout abattu près d’un vignoble sous une vigne pleine de grappes.
Il s’assit sous une vigne, accomplit deux Rak’a (unité de prière) et fit cette invocation :

O Allah, je me plains à Toi de ma faiblesse, de mon peu de pouvoir et du peu de considération que les gens ont pour moi. O Toi Le Plus Miséricordieux des miséricordieux, tu es mon Seigneur et celui des faibles. A qui m’abandonnes-tu ? A un étranger qui m’attaque ou un ennemi de qui Tu m’as fait dépendre ? Si Tu n’es pas en colère contre moi, le reste m’est égal. Ta clémence est plus grande envers moi. Je me réfugie en Ton visage pour lequel les ombres se sont dissipées et qui a ajusté tout ce qui concerne ce monde ici-bas et celui de l’au-delà, de faire tomber sur moi Ta colère ou de me faire parvenir Ton désagrément. Je supporterai tout reproche jusqu’à ce que Tu sois satisfait et il n’y a de pouvoir ni de puissance qu’en Toi

Les malheurs tombent parfois sur l’être et anéantissent l’amour et la confiance. Mais y a-t-il de plus grand malheur que celui-là? Nous avons un bon modèle d’endurance en la personne du Prophète (bénédictions et paix sur lui). Que chacun se demande ce qu’il a accompli pour cette religion. L’affaire est beaucoup plus facile pour nous. Avons-nous donné de notre argent, de notre science, de notre temps? Avons-nous invité à Allah, glorifié et exalté soit-Il? N’oublions pas que toutes les créatures se tiendront devant Allah au Jour de la Résurrection. Aurons-nous en main une action à lui présenter?
Honorables frères, c’est là la biographie du Prophète (bénédictions et paix sur lui) vue de l’angle de son endurance. Il arrive que l’être ait un petit revenu, une petite maison, une épouse de caractère difficile. Il peut avoir des difficultés dans son travail, dans sa santé, dans l’éducation de ses enfants? S’il mesure ces difficultés qu’il juge énormes, avec celles que le Prophète (bénédictions et paix sur lui) a subies, il les verra insignifiantes. Mais toute chose a un prix et le croyant parfait s’apprête à l’épreuve.
D’après Sa’d Ibn Abou Waqqas qui rapporta :

J’ai dit, ô Messager d’Allah quels sont les gens les plus éprouvés?” Il répondit : “Le prophètes, ensuite les plus exemplaires, ensuite les plus exemplaires. Le serviteur est éprouvé à la mesure de sa foi et l’épreuve ne finit pas avant de le laisser pur de tout péché

Le croyant doit subir une thérapie, il doit être éprouvé, puis viendra un long laps de temps durant lequel il sera honoré. Vous vivez entre l’épreuve et les honneurs.

Et louange à Allah Seigneur de l’univers

Traduit par : Zeinab Hassan
Révisé par : Ali Delachambre