Mai
3
2013

Organise un plan pour ta vie avant qu’on ne l’organise pour toi

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Il est rare que la décision prise par l’homme en ce qui concerne sa propre destinée, soit annihilée par les jours :

image
Chers frères, notre conférence d’aujourd’hui porte sur un sujet que je juge personnellement pressant voire grave. Ce sujet porte sur la nécessité, d’organiser sa vie avant qu’on ne l’organise pour nous. Autrement dit, tu dois établir un plan pour ta vie
Ce plan serait à réviser de temps à autre pour être modifié au nécessaire ; ou bien, tu te fixes un objectif au service duquel tu prépares les moyens susceptibles de le réaliser, à ce moment-là, tu seras une personne exceptionnelle et fort civilisée ; ou alors… tu laisseras aux autres le soin de s’en charger.
Au cas où tu établis un plan, tu détermines un objectif et tu sélectes les moyens susceptibles de le mettre au point et de le réaliser, à ce moment-là, tu seras un chiffre difficile à déchiffrer ; mais dès lors que les autres se chargent de ton avenir, tu seras un chiffre facile à décoder.
Il faut nous rendre à l’évidence qu’il existe sur terre des créatures qui vivent déjà l’avenir, au sens qu’ils planifient pour leur futur ; d’autres par contre, vivent le moment présent, leurs actes ne sont que des contrecoups ; d’autres enfin, ne cessent de se le vivre leur passé et de remémorer leurs souvenirs. Les gens qui sont plongés dans leur passé ne sont que des niais, ceux qui vivent pour le moment présent sont moins idiots alors que ceux qui vivent pour le futur se distinguent par leur intelligence et leur finesse d’esprit.
Lors d’une enquête menée sur mille jeunes hommes, il est apparu que 3% de notre jeunesse projettent des plans pour leur avenir, alors que 97% se restreignent à exécuter les plans qu’on organise pour eux, ces derniers vivent au hasard, sans un but précis ; au fond, ils vivent les plaisirs instantanés.
Je m’adresse aux jeunes gens, établissez un plan pour votre avenir, fixez-vous un objectif bien déterminé. Quelle personne aimeriez-vous devenir plus tard ? Sachez que: la résolution que vous prenez à propos de votre avenir ne peut en aucun cas, être annihilée par les jours.
Allah, exalté soit-Il, dit :

(Et quant à ceux qui luttent pour Notre cause, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers)

[Al-˒Ankabūt (L’araignée) : 69]

La personne sage est celle qui a cherché la vérité et l’a trouvée :

image
Je jure par Allah cher frère, si tu fais tes investigations à la recherche de la vérité, il est absolument impensable que tu ne la trouves pas ; si tu vises un but quelconque, il est absolument inconcevable que tu ne l’atteignes pas. Établis ton plan. La majorité des gens mènent un système de vie quotidien assez banal constitué d’actes coutumiers : se nourrir, satisfaire sa soif, travailler, veiller, se sentir fatigué, se coucher, se réveiller, se marier, avoir des enfants… puis c’est le faire-part de leur décès. Une multitude de personnes sont passées inaperçues dans cette vie, au moment où une minorité parmi ceux qui ont planifié pour leur avenir, sont devenus célèbres. J’ai demandé un jour à mes étudiants de citer le nom d’un homme d’affaires illustre qui a vécu à Cham en 1697 en promettant de lui donner une bonne note en compensation.
Mais aucun n’a pu le faire. Je leur ai avoué que moi non plus je ne connaissais pas son nom. Par contre, les gens célèbres à travers l’histoire ont établi leurs plans et ont remporté des victoires retentissantes : Salah Eddine Alayyoubi a provoqué la défaite de vingt-sept pays européens ; Abu Bakr as-Siddiq, Omar ibn al-Khattab, Othmân ibn ‘Affâne, Ali ibn Abu Taleb, l’Imâm Chafé’ite, l’Imâm Hanafite, les chefs des sciences, les leaderships, les chefs des réformes, les chefs de la nation et autres, tous ont planifié et tous ont réussi. Penses-tu que tes compétences se limitent au niveau où tu te trouves ? Non, par Allah, si chaque personne fait appel à toute son énergie, l’estime à sa juste valeur, l’exploite bien en mettant au point des plans, elle aura une grande renommée. La vie est éphémère, nous sommes tous appelés à nous poser la question embarrassante : « comment les quarante années de notre vie se sont-elles écoulées ? » Sûrement très vite, pour ne pas dire en un clin d’œil, de même les jours restants de notre vie passeront en un clin d’œil. D’un seul coup, tu étais un homme et te voilà un nom affiché contre le mur ou un faire-part de décès. On assiste quotidiennement à 150 personnes décédées à Damas ; à bien observer ces faire-part, on constate que les noms qui y figurent étaient de grandes personnalités, des doyens, des hommes d’affaires, soudain ils sont devenus des noms collés contre les murs. Qu’avons-nous préparé pour cet instant ? Qu’avons-nous préparé pour le voyage qui nous mènera du foyer jusqu’à la tombe ? Existe-t-il un événement aussi inébranlable dans la vie des humains que le fait de devoir quitter ce monde ici-bas ? Absolument pas. On parle de la vie qu’a mené un chanteur égyptien assez illustre, il ménageait sa santé, en raison de quoi il n’a jamais pris le repas du dîner, il ne mangeait que des poulets et du poisson, il exerçait le sport tous les jours, il n’a jamais pris l’avion. Puis il est mort. Je ne m’attendais pas à sa mort, avec le régime strict qu’il suivait et le sport qu’il pratiquait. Méfions-nous donc, l’homme n’est pas immortel.
Toute créature est mortelle et Seul subsistera Le Puissant et le Grand
Aussi longtemps que dure la nuit, le jour lui succédera
Aussi longtemps que dure notre vie, il nous faut descendre dans le tombeau.

La personne sage est celle qui planifie pour le Jour où elle comparaîtra au devant d’Allah, exalté soit-Il :

Qu’as-tu prévu pour le Jour où tu comparaîtras au devant d’Allah, exalté soit-Il ? Quelle œuvre vertueuse as-tu envisagée pour le Jour de la Résurrection ? Quelle œuvre vertueuse sera-t-elle ensevelie avec toi dans la tombe ? J’aimerai vous conter deux récits :
Il m’est arrivé d’entamer un entretien avec un homme que j’ai croisé fortuitement, notre discussion a porté sur des questions de religion, il en fut si satisfait qu’il me demanda une rencontre hebdomadaire. L’histoire s’est produite voilà trente ans. Je me souviens encore de nos rencontres qui tombaient le jeudi, un nombre d’amis se joignaient à nous. Ce qui a le plus suscité ma curiosité fut le goût raffiné dont il disposait dans le choix de ses affaires personnelles, de ses meubles et de ses voitures ; tout ce qu’il possédait dénotait de subtilité et d’un goût fin. Un certain jour, son fils me contacta pour m’annoncer que son père, en sortant de son usine a oublié le trajet de la maison car il avait perdu la mémoire ! Quelques jours plus tard, Il m’appela pour me dire que son père est décédé. Je lui ai demandé dans quel Masjed allaient-ils accomplir la Salât du défunt. Le jour dit, je me suis rendu au Masjed comme c’était le devoir en pareils cas pour entendre un des grands Ulémas de Cham qui était présent aux funérailles, dire : « Votre frère, le père de tel, était un Mu’azzen, priez pour qu’Allah lui accorde la Miséricorde, il avait une très belle voix ; s’il lui arrivait d’accomplir la Salât dans le Masjed que je fréquentais a poursuivi le Cheikh, je lui demandais de faire l’appel à la Salât. »
On peut passer de longues heures à exposer nos réalisations dans cette vie ici-bas, mais ce chef religieux a dit un seul mot : « Votre frère était un Mu’azzen, priez pour qu’Allah lui accorde la Miséricorde.» Dès lors, j’ai appris une leçon que je n’oublierai jamais tant que je vis. Accomplis une œuvre qui te vaille l’éloge des autres en une minute, soixante secondes, pose-toi la question : « Que dira-t-on à mon sujet lorsque je serai dans le cercueil avant qu’on me fasse entrer dans le tombeau ? Dira-t-on que j’ai acheté une maison ou que j’étais un homme d’affaires brillant ? »
Le fait que tu te maries, que tu subviennes à tes besoins quotidiens : la nourriture, les boissons, le sommeil, le réveil, les déplacements, les promenades… ce ne sont qu’une suite d’actes coutumiers qui ne seront pas évoqués lors de ta mort, par contre, ce sont tes actes vertueux qui te feront l’objet de louange.
image
Abu Bakr as-Siddiq est considéré en tant que deuxième fondateur de cette religion à la suite de la guerre qu’il a menée contre l’apostasie, ainsi qu’Omar, Othmân, Ali et tous les autres compagnons vertueux, Salah-Eddine al-Ayyoubi, l’Imâm Hanafite, l’Imam Chafé’ite… tous ont eu leurs empreintes tout au long de l’histoire, mais toi, qu’as-tu réalisé ? Saches que tu ne leur es pas inférieur du point de vue compétence, Allah exalté soit-Il, est équitable quant à ses dons, qu’est-ce qui te retient donc d’être une personne distinguée ? Qu’est-ce qui t’empêche d’être une personne émérite auprès d’Allah exalté soit-Il ? Organise-toi un plan, fais preuve d’énergie, poursuis tes études, décroches un diplôme. J’ai croisé un homme qui m’a dit : « Je suis âgé de 70 ans, j’ai obtenu une licence en lettres Arabes », quelle est donc cette volonté ferme et coriace? A soixante-dix ans il veut suivre des cours de langue Arabe !
On parle d’un homme qui a envoyé son fils en Égypte pour suivre des études à l’Azhar. Cinq ans plus tard, le fils est rentré au pays en ayant obtenu un diplôme, il fut désigné conférencier dans son village. Le jour où il a prôné, son père qui était présent, éclata en pleurs ; à 55 ans le père s’est effondré en larmes ; tous ceux qui étaient présents au Masjed pensaient que c’étaient les larmes de satisfaction et de joie de voir son fils ainsi réussir ; mais au fond, il se lamentait sur son propre sort : comment a-t-il pu laisser passer les jours de sa vie dans l’ignorance ! Oui, il était illettré ! Ce qui le poussa à enfourcher sa monture et à longer le chemin qui le menait au Caire, car il était du Sud de l’Égypte. Il est resté un mois sur sa monture jusqu’à ce qu’il soit arrivé au Caire. Là, il s’enquit sur « al-az’ar » il ne connaissait même pas le nom du Masjed. « Qu’est-ce que c’est « al-az’ar » lui a-t-on demandé. « C’est là où on acquiert les sciences » leur a-t-il répliqué. On lui a corrigé le nom du Masjed (al-Azhar) et on lui en a indiqué le chemin. À 55 ans, il a commencé à apprendre à lire et à écrire. Il a poursuivi ses études jusqu’à sa mort, mais il n’est mort qu’après être devenu un cheikh à l’Azhar.
La résolution que prend l’homme à propos de son avenir ne peut être annihilée par les jours.

Les humains dans leur ensemble sont tous égaux auprès d’Allah exalté soit-Il, leur seules dévotion et adoration les privilégient auprès de Lui, exalté soit-Il:

Quiconque parmi vous est prédestiné à devenir le plus grand missionnaire au niveau du monde, la voie est toujours ouverte. Les paroles que le Prophète (BPSL) a dit d’un ton nuancé de tendresse en faveur de Sa’ad ibn Waqqas le compagnon le plus proche de lui (BPSL) suscitent toujours mon émotion :

Tel est mon oncle maternel, que celui qui a un oncle pareil me le désigne

[Rapporté par al-Hakem dans al-Mustadrak, d’après Djaber]

Et en pleine bataille, il (BPSL) lui disait :

Lances, Ô Sa’ad, que la vie de mon père et de ma mère soient contre la tienne

[Rapporté par ibn Madjah et Ahmad d’après Ali]

Il n’est jamais arrivé que le Prophète (BPSL) ait racheté un compagnon par la vie de son père ni de sa mère. À la mort du Prophète (BPSL) Omar ibn al-Khattab, le géant de l’Islam, qu’Allah lui accorde sa miséricorde, lui a dit :

Ô Sa’ad, ne te laisses pas trop séduire par les paroles qu’on raconte à ton propos que tu es l’oncle maternel du Messager d’Allah, tous les humains sont au même titre d’égalité au devant d’Allah, ce qui privilégie les uns aux détriments des autres c’est leur piété et leur obéissance à Allah

N’importe qui parmi vous, quelle que soient sa famille, son origine ou sa couleur, n’importe qui peut atteindre les objectifs qu’il s’est fixés, la preuve :

(Nous accordons abondamment à tous, ceux-ci comme ceux-là, des dons de ton Seigneur. Et les dons de ton Seigneur ne sont refusés [à personne])

[ Al-Isra’ (Le Voyage Nocturne) : 20]

La résolution prise par un être humain pour planifier son avenir ne peut être révoquée par les jours si elle émane d’une volonté immuable et d’une foi profonde. Que ton père soit un homme riche ou pauvre, un fonctionnaire ou un homme d’affaire, un urbain ou un villageois, peu importe pour Allah exalté soit-Il.

Le Messager d’Allah (BPSL) a dit à un homme qui est entré chez lui : « Bienvenue à celui dont l’Ange Jibril m’a annoncé son arrivée.» « Un homme comme moi ? » s’enquit l’homme étonné. « Oui mon frère, négligé ici-bas, connu dans le monde céleste.»

Tu peux occuper le poste d’un huissier dans l’un des ministères, et tu peux être la meilleure personne au niveau de tout le ministère.
J’ai été participant à une conférence islamique au Maroc tenue dans un hôtel somptueux du pays. À l’aube, une voix pure récitant le Coran est parvenue jusqu’à mes oreilles ; en regardant par la fenêtre j’ai aperçu le jardinier accomplir la Salât du Fadjr d’une voix émouvante qui m’a fait monter les larmes aux yeux. Je me suis dit en mon for intérieur : « ce fonctionnaire peut occuper une place privilégiée auprès d’Allah qu’aucun des assistants à la conférence islamique n’a pu atteindre ; telle est la foi.

Le bonheur du croyant provient du plus profond de son être :

image
Sachez chers frères que le plaisir nécessite de l’argent, du temps, d’une santé de plomb et d’une sagesse fort poussée. On ne peut tout posséder à la fois. Lorsque tu es jeune, tu disposes de la force physique, tu as largement le temps de tout faire,
Mais c’est l’argent qui te fait défaut. Dans un deuxième temps, tu as fondé une affaire, tu possèdes l’argent et la santé mais il te manque le temps.
Un certain jour, un homme qui possède une usine m’a dit : «depuis vingt-neuf ans, je suis le premier à arriver au bureau à cinq heures du matin et le dernier à le quitter après le coucher du soleil.» Les bonnes affaires doivent être surveillées et contrôlées de près. Il est en possession de millions mais il n’a pas suffisamment le temps pour en profiter.
Une autre fois, j’étais dans une usine de drap, son propriétaire m’a dit : « Je jure par Allah, je ne suis allé à Lattakiah qu’une seule fois dans ma vie, lorsque j’ai acheté cette voiture ; trente ans de travail ininterrompu et sans répit ». Il possède l’argent et la santé mais ne trouve pas le temps.
L’argent et le temps sont disponibles car l’homme d’affaires va arrêter de travailler pour céder sa place à ses enfants. Il possède un revenu fabuleux mais n’a plus de santé, il souffre d’acide urique, de triglycéride, d’arthrite et d’ulcère. Telle est la vie ; quant au croyant, il vit du bonheur qui émane du plus profond de son être.
« Qu’est-ce que mes ennemis ont à gagner en m’emprisonnant ? Mon jardin est dans mon for intérieur, s’ils m’exilent je ferai du tourisme, s’ils m’enferment je me consacrerai à la méditation, s’ils me tuent, je mourrai en martyr ; qu’auront-ils à gagner? » La Djannah existe dans cette vie ici-bas, celui qui n’y entrera pas n’aura pas accès à la Djannah de la vie future.

Celui qui a un début exténuant aura une fin illuminée :

Il a réfléchi, il a planifié. Il est l’envoyé du gouverneur d’Omar sur Azerbaïdjan. Cette ville qui dépendait de l’URSS, était une seigneurie du temps du règne d’Omar, qu’Allah lui accorde sa miséricorde. Le gouverneur d’Omar sur Azerbaïdjan a envoyé son missionnaire à Madinah ; celui-ci y est arrivé dans la nuit, il a répugné d’entrer chez le prince des croyants par une heure aussi tardive, c’est pourquoi, il s’est dirigé vers le Masjed ; là, il a entendu un homme pleurer en sollicitant Allah et en disant : « Ô mon Seigneur, as-Tu accepté mon repentir pour que je me félicite ou bien l’as-Tu réfuté pour que je me console », « Qui es-tu, qu’Allah t’accorde sa miséricorde » Lui a demandé l’homme « Je suis Omar » a répondu Omar tout simplement. « Ô prince des croyants, tu ne dors pas la nuit » ? « Si je dors pendant la nuit, je courrai à ma perte au devant d’Allah et si je dors pendant le jour je provoquerai la perte de mes sujets. » Omar a établi son plan en raison de quoi il est devenu le géant de l’Islam, il fut le deuxième des 4 Califes bien guidés. Il est arrivé qu’un jour Omar prônait, or à un certain moment il s’est dit : « Il n’y a personne entre Allah et toi » ; lui, le prince des croyants, a interrompu son discours pour dire : « Rappelles-toi, il n’y a pas longtemps tu étais le petit Omar qui emmenait le troupeau de Béni Makhzoum au pâturage contre quelques sous, n’oublie pas que tu étais un berger », « Qu’est-ce qui t’amène à dire cela ? Lui a demandé l’un des compagnons, quel rapport cela a-t-il avec le sujet de notre discours ? » « J’ai ressenti quelque orgueil envahir mon âme en cours du discours, qui m’a dit qu’il n’y a personne entre Allah et toi, j’ai voulu par là, lui faire savoir ce qu’elle valait, j’emmenai paître le troupeau à Béni Makhzoum contre quelques sous. »
À toi de réfléchir et de planifier; aspire à être un croyant important, accomplis les adorations, lis le Coran, instruis-toi.

Celui qui a un début exténuant aura sans faute une fin illuminée

Celui qui observe la présence d’Allah dans tous ses actes se verra protégé par Lui exalté soit-Il :

image
Il m’arrive souvent de répéter cette expression, (si tu observes la présence d’Allah dans tous tes actes, tu seras assisté par Lui exalté soit-Il ; si tu te diriges vers Lui exalté soit-Il, Il te comblera ; si tu Lui témoignes de l’affection, exalté soit-Il, tu seras payé en retour de cause ; si tu t’achemines vers Lui, exalté soit-Il, Il se précipitera vers toi précipitamment), conformément au hadith authentique :

S’il s’approche de Moi d’un empan Je m’approcherai de lui d’une coudée, s’il s’approche de Moi d’une coudée, Je m’approcherai de lui d’une brasse ; et s’il vient vers Moi en marchant Je viendrai chez lui précipitamment

[Hadith rapporté par Boukhari et Moslim d’après Abu Houraïra]

Au cas où ceux qui se détournent de Moi se rendent compte de Mon impatience de les revoir, de Mon élan à ce qu’ils délaissent leurs péchés, leurs articulations se seraient déliées par amour pour Moi, et eux-mêmes seraient morts par passion à Mon égard ; telle est Ma volonté vis-à-vis de ceux qui se détournent de Moi, qu’en est-il de ceux qui se dirigent volontairement vers Moi ? Réfléchis-y.
Je ne me lasserai point de relater l’histoire d’une famille constituée d’un père, d’une mère et de leurs enfants, tous se réveillent une heure avant l’aube, accomplissent la Salât de la nuit, récitent le Coran, puis en entendant l’appel à la Salât, accomplissent collectivement la Salât du Fadjr ; ensuite les enfants se mettent à leurs études, la mère prépare le repas. À sept heures toute la famille se réunit à table pour prendre le petit déjeuner avant de se rendre à l’école ou au travail. Cette maison est une véritable Djannah. Toi aussi, tu peux faire de ta maison une Djannah, quelle maison ? Celle de 60 mètres ? Au souterrain ? Oui, tu peux en faire une Djannah. Un appartement de deux pièces, une Djannah. Un revenu assez limité, une Djannah. Il suffit que l’amour d’Allah règne, que le lien avec Allah, exalté soit-Il soit solide.

La Djannah existe dans cette vie ici-bas, celui qui n’y entrera pas n’aura pas accès à la Djannah de la vie future:

En parlant de la quiétude, où donc le Messager d’Allah (BPSL) l’a-t-il trouvée ? Au fond de la caverne :

« Ô Messager d’Allah, ils nous ont vus » a fait remarquer Abu Bakr ; « Que penses-tu qu’il adviendra de deux personnes assistées par la présence d’Allah ? »

Le Prophète Ibrahim (Paix sur lui) l’a trouvée dans le feu :

(Nous dîmes: «Ô feu, sois pour Abraham une fraîcheur salutaire».)

[Al-'Anbiyâ' (Les Prophètes) : 69]

Yoûnous (Paix sur lui) (Jonas) l’a trouvée dans le ventre de la baleine:

(Nous l’exauçâmes et le sauvâmes de son angoisse. Et c’est ainsi que Nous sauvons les croyants)

[Al-'Anbiyâ' (Les Prophètes) : 88]

Les gens de la caverne l’ont trouvée dans la caverne, eux qui habitaient dans les palais :

(Réfugiez-vous donc dans la caverne: votre Seigneur répandra de Sa miséricorde sur vous et disposera pour vous un adoucissement à votre sort)

[Al-Kahf (La Caverne) : 16]

Toi aussi, tu la trouveras au sein de ton petit appartement, quelque modeste soit-il, un souterrain, avec une épouse banale, ta maison peut devenir une Djannah, en resserrant les liens avec Allah, en connaissant Allah. La Djannah existe dans cette vie ici-bas, celui qui n’y entrera pas n’aura pas accès à la Djannah de la vie future. La preuve :

(…et les fera entrer au Paradis qu’Il leur aura fait connaître. )

[Mouhammad : 6]

Ils l’ont connu ici-bas.

Se préparer à l’Heure de la Rencontre constitue un des moyens pour accéder à la Djannah :

Tu disposes des clés de l’affaire. La Djannah d’Allah sur terre n’a pas besoin d’argent, ni de réputation, ni de poste, ni de rang, ni d’être le fils d’un tel, quiconque peut avoir accès à la Djannah s’il cherche refuge auprès d’Allah ; tu as le choix entre le fait de planifier pour ton avenir ou d’attendre qu’on planifie pour toi.
Un de nos amis est mort ; lors de l’arrivée du cercueil à la tombe, le cercueil fut ouvert et le corps fut enseveli dans le tombeau. Je jure par Allah il n’y a sur terre de personne plus sage que celui qui accumule de bonnes œuvres et se prépare pour cette heure. Qu’as-tu préparé pour cette heure ? Tu as un compagnon qui sera enseveli en même temps que toi lors de ta mort, et avec qui tu seras enseveli alors qu’il est vivant ; au cas où ce compagnon était vertueux il te rendra vertueux mais s’il est vicieux il se détachera de toi, c’est ton œuvre.
Quel que soit le niveau de ta fortune, le degré de ta force il y a une étape par laquelle tu dois sans faute passer qui s’incarne dans la mort. Tu dois être très subtil pour te préparer à cette heure, tu dois aménager une œuvre vertueuse, une adoration vis-à-vis d’Allah, acquérir un savoir, comprendre le Coran, donner une aumône aux nécessiteux, être bienfaisant à l’égard de tes parents, bien éduquer tes enfants, tels sont certains des moyens d’avoir accès à la Djannah.

La foi est en soi un rang éthique et scientifique :

Cher frère, tu dois établir un plan pour ton avenir, autrement tu seras obligé de mettre à exécution le plan que les autres organiseront pour toi. Prends garde à ne pas être un chiffre facile à décoder. Supposons que tu sois un médecin et que tu aies à examiner une personne morte empoisonnée. Si tu écris dans ton diagnostic que sa mort est naturelle tu auras sauvé ceux qui l’ont empoisonnée ; en tant que médecin, tu es sûre que sa mort est provoquée par le poison. En compensation de ton faux diagnostic tu obtiendras 5 millions étant donné que le défunt a laissé à ses héritiers la somme d’un milliard. Au cas où tu mentionnes que la mort est naturelle et que touches les cinq millions, tu auras causé ta perte auprès d’Allah, exalté soit-Il. Le croyant est un chiffre difficile à décoder, il n’écrit pas ce qui s’oppose à ses convictions, ni sous la menace des bourreaux ni au devant d’un tas de lingots d’or. Le croyant ne cède devant aucun type de chantage, telle est la magnificence de la foi :

Je jure par Allah, mon oncle, si on place le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche à condition de délaisser cette mission, jamais je ne l’aurai délaissée à moins qu’Allah ne propage cette religion ou que le prix en soit ma mort

[La biographie du Messager d’Allah BPSL]

Le croyant se distingue par une moralité assez fine, on ne trouve pas de croyant menteur, ni imposteur, ni rusé, ni comploteur, ni rancunier, ni déloyal :

Le croyant peut avoir bon nombre de mauvaises qualités à l’exception de la trahison et du mensonge

[Rapporté par Ahmad d’après Abu Oumama]

La foi est en même temps un rang éthique et un rang scientifique, en connaissant Allah, le croyant devient conscient de la Vérité Absolue.

Celui qui aura découvert la Puissance d’Allah et en a pris connaissance aura pris conscience de tout ce qui l’entoure :

Au cas où tu prends conscience de la puissance d’Allah, exalté soit-Il, tu auras tout décelé, autrement tu auras tout à perdre ; tu es appelé à aimer Allah plus que tout au monde.

Ô fils d’Adam, si tu M’appelles tu me trouveras, et si tu Me trouves tu auras tout trouvé ; si par contre Je te délaisse, tu auras tout à perdre ; et tu dois M’aimer plus que tout au monde

Une fois de plus, je te rappelle que si tu n’établis pas de plan, il y aura bien quelqu’un qui le fera à ta place. Tu me répondras que tu vis certaines circonstances : auprès d’Allah il n’y a guère de circonstances pénibles ; tu me répondras que tu vis une crise d’emploi : auprès d’Allah il n’y a pas de crise d’emploi, Il préparera en ta faveur le revenu le plus haut et la meilleure des épouses. Si Allah t’assiste et te protège qui pourra bien te porter atteinte ? Mais si Allah, exalté soit-Il, t’abandonne qui pourra te soutenir ? Ô Allah ! Qu’aura à perdre celui qui T’a trouvé, et qu’aura trouvé celui qui t’a perdu ?

La religion Islamique est une religion collective tout comme elle est individuelle :

Au cas où les gens autour de toi ne se soumettent pas à la religion et n’appliquent pas ses règles, fais-le toi-même et tu seras seul à en cueillir les fruits. Tu peux compter sur Allah Seul. Y a-t-il parmi vous, jeunes gens, quelqu’un qui ne désire pas avoir une femme vertueuse pour épouser ? Quelqu’un qui ne désire pas posséder une maison, et avoir un revenu raisonnable. Allah, exalté soit-Il, te fournira tout cela, en plus Il a préparé pour toi une Djannah aussi large que le ciel et la terre.
En te réfugiant à Allah, exalté soit-Il, tu te trouveras dans un monde différent. J’ai rendu visite à une personne qui vient de rentrer de son voyage de pèlerinage, elle m’a dit : je jure par Allah, il n’existe pas sur terre d’individu plus heureux que moi à moins qu’il ne soit plus pieux que moi.

Et louange à Allah Seigneur de l’univers

Traduction : Nermine Omari