Aou
7
2013

La dépense est le trait du croyant

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Allah, exalté soit-Il dit :

([Alif, L?m, Mim]. [C’est le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute, c’est un guide pour les pieux, qui croient à l’invisible et accomplissent la Sal?t et dépensent (dans l’obéissance à Allah), de ce que Nous leur avons attribué])

[Al-Baqara (LA VACHE) : 1-2]

image
Le Coran dans son intégralité a évoqué la dépense absolue, le croyant est appelé à dépenser de ses biens, de son temps, de son effort, il doit dépenser de tous les dons dont Allah, exalté soit-Il, l’a comblé.

Que faut-il dépenser ?

Vous devez dépenser ce que vous aimez :

O frères, Dépensez des choses que vous appréciez le plus, des objets auxquels vous aspirez et tenez, que vous choisirez pour vous-même :
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Vous n’atteindrez la (vraie) piété, que si vous faites largesses de ce que vous chérissez])

['Al-`Imrân (LA FAMILLE D’IMRAN) : 92]

Abstenez-vous de dépenser des choses viles :

O frères, Allah, exalté soit-Il, interdit cela aux croyants.
Allah dit dans Son Saint Coran:

([... Et ne vous tournez pas vers ce qui est vil pour en faire dépense. Ne donnez pas ce que vous-mêmes n’accepteriez qu’en fermant les yeux! Et sachez qu’Allah n’a besoin de rien et qu’Il est digne de louange. ])

[Al-Baqara (LA VACHE) : 267]

O frères, quand tu dépenses, cela est pour ton bonheur et ta sûreté.

La dépense doit se faire à partir des meilleurs dons dont on dispose :

Entreprenez de dépenser de votre bien licite, de l’argent que vous avez gagné suivant les ordres d’Allah, sans que vous ayez eu recours à l’imposture, ni à la fraude, ni à la falsification, ni à la supercherie, ni à la monopolisation, ni à l’amphibologie, ni au commerce illicite, ni aux relations louches. Allah, exalté soit-il, est Bon et Il, exalté soit-Il, n’accepte que ce qui est bon :
Allah, exalté soit-Il, a dit dans Son Saint Coran:

([O les croyants! Dépensez des meilleures choses que vous avez gagnées])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 267]

Quand on dépense? Dans la commodité et l’infortune:

La dépense est un trait fixe dans la vie du croyant.
Allah, exalté soit-Il, dit :

([… qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité,…])

[AL-?IMR?N (LA FAMILLE D’IMRAN) : 134]

Le croyant dépense dans l’aisance et l’infortune, dans la commodité et l’infortune.

Quand on dépense? En secret et ouvertement:

Clandestinement et ostensiblement ;
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Ceux qui, de nuit et de jour, en secret et ouvertement, dépensent leurs biens (dans les bonnes œuvres),…])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 274]

La dépense explicitement doit être pour un intérêt:

Chers frères, il y a des fois où l’intérêt de dépenser explicitement s’impose en vue de réaliser une fin bien définie, lorsqu’on a affaire à titre d’exemple, à une association de bienfaisance non avec un individu. Il arrive bien souvent dans ce type de dépense, que les gens aisés rivalisent entre eux : qui donnerait la plus grande somme ?
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Si vous donnez ouvertement vos aumônes, c’est bien…])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 271]

La dépense doit être implicitement par égard aux sensations:

Si par contre cette dépense devait être payée à une seule personne, le croyant est appelé à donner son aumône implicitement, et ce, par égard aux sensations de cette personne, par respect à son amour-propre, ainsi qu’en vue de ménager le lien de fraternité existant entre les hommes considérés comme membres de la famille humaine.
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Si vous donnez ouvertement vos aumônes, c’est bien; c’est mieux encore, pour vous, si vous êtes discrets avec elles et vous les donniez aux indigents. Allah effacera une partie de vos méfaits. Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 271]

Combien faut-il dépenser?

O frères, combien faut –il dépenser ?
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Que celui qui est aisé dépense de sa fortune])

[Al-TAL?Q (LE DIVORCE) : 07]

Supposons que la fortune d’une personne est estimée à des centaines de millions, et qu’elle paie cinq mille pour un projet de bienfaisance ; cette personne pourrait donner en aumône un ou plusieurs millions sans que sa fortune n’en soit altérée.

Un seul dirham sera mieux rétribué que mille:

Qui serait au courant de la somme exacte qu’il a dépensée dans la voie d’Allah ? C’est bien Allah, exalté soit-Il, en raison de quoi
Le Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

((Un seul dirham sera mieux rétribué que mille))

[Hadith rapporté par an-Nassa’i d’après Abou Houraïra]

Il faut tenir compte de la valeur de ce dirham par rapport aux autres dirhams ; un des bienfaiteurs aisés a voulu édifier un masjed, il a réussi à trouver une terre appropriée ayant un prix modéré, il a payé la moitié du prix en signant un titre.
« Où est le reste du prix » ? Lui a demandé le propriétaire de la terre qui est une personne pauvre, père de 8 enfants et travaille dans une école en tant qu’employé contre 4 mille LS par mois. « Lors du désistement » a répondu l’homme riche. « Quel désistement » ? a repris le pauvre. « Tu te rends au directorat du waqf et tu fais concession de cette terre afin qu’on puisse y édifier un masjed ». « Un masjed »! S’est exclamé l’homme pauvre, et il a aussitôt réduit le titre en pièces en ajoutant : Je jure par Allah que je ressens une honte de vendre une terre que je possède pour y faire édifier un masjed ; je suis plus en droit que toi d’en faire un don à Allah, exalté soit-Il »..
Le bienfaiteur, dont la fortune est évaluée à des centaines de millions, a commenté : « Je jure par Allah, il ne m’est jamais arrivé de me sentir aussi insignifiant comme je l’ai été à cet instant, au devant de cet employé qui ne possède dans cette vie ici-bas que cette terre qu’il vient d’hériter un mois plus tôt, et dont le revenu couvre à peine ses besoins vitaux durant les premiers jours de chaque mois et de plus, il lui incombe de payer le loyer de sa maison. Chers frères, Allah, exalté soit-Il, dit :

([Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu’Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné,])

[A?-?AL?Q (LE DIVORCE) : 07]

Condition qui prouve qu’Allah, exalté soit-Il, a accepté l’aumône :

• Obtenir l’Agrément d’Allah, exalté soit-Il :

Quelle est la condition de l’acceptation de l’aumône?
Allah, exalté soit-Il, a dit:

([Et ceux qui dépensent leurs biens cherchant l’agrément d’Allah,…])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) :265]

Les œuvres pieuses si fréquentes soient-elles et nombreuses, ne peuvent être admises que lorsqu’elles visent l’obtention de l’agrément d’Allah, exalté soit-Il. C’est pourquoi,
Le Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a dit :

((Les actes ne valent que par les intentions, chacun sera récompensé pour le but qu’il s’est lui-même proposé))

[Hadith Convenu]

N’importe quel travail, futile serait-il ou efficace ne peut entraîner des résultats fructueux qu’à moins d’avoir été exécuté avec dévouement ; parallèlement, ce travail ne sera nullement profitable s’il est accompli sans dévouement.
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Et ceux qui dépensent leurs biens cherchant l’agrément d’Allah, et bien rassurés (de Sa récompense),…])

[ AL-BAQARAH (LA VACHE) :265]

La dépense ne doit jamais être suivie d’un rappel ni d’un tort quelconque :

Allah, exalté soit-Il, dit :

([Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah sans faire suivre leurs largesses ni d’un rappel ni d’un tort, …])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) :262]

Si vous donnez une aumône, essayez d’oublier ce bienfait. Retenez-vous de dire à la personne en question à chaque fois que vous la rencontrez : « cette somme vous a sans doute soulagée » ? Ou « Puisse Allah vous bénir, vous m’avez rendu une grâce. » vous répondra-t-elle. Une autre fois, vous lui direz : « êtes-vous satisfait d’avoir reçu cette somme» ?
Gardez-toi de faire suivre vos aumônes par le rappel ou par un tort quelconque. Puisque vous avez dépensé dans la voie d’Allah, exalté soit-Il, Allah vous préservera votre acte de charité sans avoir nullement besoin de vous faire louer par les personnes auxquelles vous avez donné votre aumône. Essayez d’oublier complètement qu’un jour vous avez fait une bonne action envers une personne, parallèlement, ayez présent à l’esprit la bonne œuvre qu’on vous a faite ou le service qu’on vous a rendu et ce jusqu’à votre mort.

Pourquoi tu dépenses?

1-”Et tu ce que vous dépensez de vos bien sera à votre avantage”

Lorsque vous dépensez de vos biens dans la voie d’Allah, vous vous confirmez votre amour à l’égard d’Allah, exalté soit-Il, vous avez la certitude qu’avec cet argent vous pouvez résoudre bon nombre de problèmes susceptibles de vous affronter dans la vie mais vous avez plutôt préféré votre frère pauvre à votre propre personne. Cette somme que vous avez dépensée dans la voie d’Allah, exalté soit-Il, s’appelle dans le Coran la Zakât, elle est susceptible de confirmer votre amour sincère envers Allah, exalté soit-Il, qui dit :

([Et tout ce que vous dépensez de vos biens sera à votre avantage…])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 272]

Si tous les humains étaient croyants, ceci n’aurait en rien accru Mon Royaume :

((Sachez, O mes serviteurs, que si les premiers d’entre vous et les derniers, les hommes parmi vous et les djinns étaient aussi pieux que le plus pieux d’entre vous, cela n’aurait en rien accru de l’immensité de Mon Royaume. O mes serviteurs, sachez que si les premiers d’entre vous et les derniers, les hommes parmi vous et les djinns étaient aussi débauchés que le plus débauché parmi vous, cela n’aurait en rien réduit de l’immensité de Mon Royaume. O mes serviteurs, sachez que si les premiers d’entre vous et les derniers, les hommes parmi vous et les djinns se tiennent sur une même terre, m’implorent tous en même temps, et que J’exécute à chacun sa requête, cela n’épuisera en rien les trésors qui sont en ma possession, si ce n’est à l’image de l’eau que perd la mer si on y introduit une aiguille))

[Hadith rapporté par Moslim d’après Abou Dhzar]

Allah, exalté soit-Il, se passe bien de Ses serviteurs, cependant, Il leur ordonne de dépenser dans l’objectif de les en rétribuer démesurément le Jour de la Résurrection ; Allah, exalté soit-Il, dit :

([Quiconque prête à Allah de bonne grâce, Il le lui rendra multiplié plusieurs fois])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 245]

image

([Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah ressemblent à un grain d’où naissent sept épis, à cent grains l’épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d’Allah est immense, et Il est Omniscient])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 261]

image
Cette comparaison n’est qu’une analogie servant à rendre les choses plus sensibles. Certains hadiths du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, font allusion à la bouchée que le croyant pose dans la bouche de sa femme et qu’il verra le Jour de la Résurrection, devenir aussi immense que le Mont d’Uhud. Que dire alors si vous réussissez à résoudre le problème d’un croyant ? Que dire si vous prenez à votre charge la célébration des noces d’un jeune homme ; si vous offrez une maison à un jeune couple croyant ; si vous soignez un malade ; si vous donnez à manger à un affamé ; si vous épargnez à une famille la truanderie ? Sachez que l’aumône passe dans la main d’Allah, exalté soit-Il, avant de finir dans la main du pauvre. Hâtez-vous de payer la Zakât car l’épreuve ne peut la dépasser ; soignez vos malades par la Zakât.

2- Et tout ce que vous dépensez de vos biens, Allah le sait parfaitement :

Chers frères, le Coran évoque dans deux de ses versets ce à quoi aspire la personne qui paye l’aumône. En effet, il arrive souvent qu’en visitant une personne souffrante en amenant un cadeau, vous craignez qu’on ne sache que c’est bien vous qui avez apporté ce cadeau, en raison de quoi vous écrivez vos meilleurs vœux de guérison sur une carte portant votre nom que vous glissez dans le sac. Celui qui dépense est toujours soucieux qu’on sache que c’est lui qui a donné telle ou telle chose. Allah, exalté soit-Il, vous réconforte à ce sujet, Il dit :

([…Et tout ce que vous dépensez de vos biens sera à votre avantage et vous ne dépensez que pour la recherche de la Face «Wajh» d’Allah. Et tout ce que vous dépensez de vos biens dans les bonnes œuvres vous sera récompensé pleinement. Et vous ne serez pas lésés]. [Aux nécessiteux qui se sont confinés dans le sentier d’Allah, ne pouvant pas parcourir le monde, et que l’ignorant croit riches parce qu’ils ont honte de mendier- tu les reconnaîtras à leur aspect - Ils n’importunent personne en mendiant. Et tout ce que vous dépensez de vos biens, Allah le sait parfaitement])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 272-273]

Cela veut dire que:

1-Allah est au courant de tout le bien que vous dépensez, en raison de quoi, vous n’avez pas besoin de solliciter la flatterie:

Rassure-toi, tout ce que tu dépenses est connu par Allah, alors tu n’auras pas besoin de solliciter la flatterie des autres, tant que tu dépenses cette somme dans le sentier d’Allah. Allah, exalté soit-Il, le sait et te récompensera.

2- Allah, exalté soit-Il, vous indemnisera pour toute aumône que vous aurez donnée :

1. Le deuxième sens: quand tu dépenses, ta fortune en sera altérée, à ce moment-là vous aspirez à en être rémunéré, Allah, exalté soit-Il, vous a réconforté en vous disant :

([Et toute dépense que vous faites [dans le bien], Il la remplace, et c’est Lui le Meilleur des donateurs»])

[SABA: 39]

Il, exalté soit-Il, dit aussi :

([…Et tout ce que vous dépensez de vos biens sera à votre avantage et vous ne dépensez que pour la recherche de la Face «Wajh» d’Allah. Et tout ce que vous dépensez de vos biens dans les bonnes œuvres vous sera récompensé pleinement. Et vous ne serez pas lésés])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 272]

Je connais une personne qui a pris à sa charge le remboursement des créanciers de l’un de ses proches qui vient de trouver la mort, persuadé que ses dettes ne dépassaient pas les 10 mille ou les 20 mille. A sa grande surprise ces dettes étaient de quatre cents mille. « Je jure par Allah, m’a-t-il dit, je me suis acquitté de toutes ces dettes tout en étant pleinement satisfait, car j’avais promis à ses enfants de me charger des dettes de leur père ». Il m’a juré qu’au bout de quelques jours, il a signé une transaction d’une marchandise stagnante, sachant que sa portion dans cette affaire atteignait le même chiffre de la dette qu’il a remboursée auparavant.
Allah, exalté soit-Il est au courant des aumônes que vous faites et Lui Seul est en mesure de vous en compenser.

3- La dépense vous favorise l’autorité sur votre femme:

Allah, exalté soit-Il, dit :

([Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens.])

[AN-NISA< (LES FEMMES) : 34]

image
Lorsque le mari se montre avare envers son épouse et ses enfants, il perd toute autorité et tout rang. A l’origine, la culture islamique, ainsi que nos us et coutumes accordent le respect au père de famille ; mais le père se doit d’imposer son respect au sein de sa famille ainsi que son amour, ceci ne peut être se réaliser que par la dépense.



4-Le riche bienfaiteur est entouré de gardiens alors que le riche avare est entouré de larrons:

Chers frères, le riche charitable est entouré par des gardes alors que le riche avare est entouré par des voleurs. Ou bien tu sois entouré par des gardes ou biens par des voleurs. Pour cela, l’aumône purifie le riche de l’avarice et purifie le pauvre de la haine; il purifie l’argent du désir des autres puisque le roc volé dans une maison dépend de sa destruction.

5- La Zakât est susceptible de purifier l’âme de l’homme riche en même temps que celle du pauvre:

Prélève de leurs biens une Sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis. En effet, le pauvre éprouvera de l’enthousiasme : « voilà que la société humaine ne m’oublie pas, la société se soucie de mon sort, de mes enfants, de leurs études ». Je m’adresse à ce niveau aux fonctionnaires de l’Etat, gardez-vous de hausser les prix et de réduire le pouvoir d’achat, autrement vous aurez des comptes à rendre le Jour du Jugement Dernier. Ce pauvre touche huit mille livres à la fin de chaque mois ; or, vous avez accru le taux des factures : celle de l’électricité, de l’eau, du téléphone ; comment va-t-il subvenir aux exigences de la vie quotidienne. C’est par les gains illicites qu’il trouvera une issue et c’est vous qui l’y avez poussé.

([Prélève de leurs biens une Sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis…])

[AT-TAWBAH (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 103]

Le Zakât purifie l’âme du pauvre et purifie l’âme du riche qui se voit résoudre les problèmes de la nation, ainsi il verra l’amour des les cœurs des centaines, voire des milliers de personnes envers lui.

Sur qui je dépense?

1-Les parents les plus proches sont les plus dignes de bienfaisance :

« Les parents les plus proches sont les plus dignes de bienséance » est une règle de base, les plus proches du point de vue lien de parenté, les parents les plus démunis, les parents les plus pieux. Voici trois unités de base : les plus pieux sont plus dignes que les moins pieux ; le croyant loyal et honnête est plus en droit de bienséance que le non-croyant ; le croyant probe et diligent dans sa piété et sa droiture est plus en droit que celui qui ne l’est pas ; le plus pauvre est le plus digne que le moins pauvre ; le parent le plus proche est plus digne que le parent le moins proche du point de vue parenté ; somme toute, les parents les plus proches sont les plus dignes de bienséance .

2-Donner l’aumône à celui qui n’importune personne en mendiant :

Il existe un verset très précis:
Allah, exalté soit-Il, dit :

([Aux nécessiteux qui se sont confinés dans le sentier d’Allah, ne pouvant pas parcourir le monde…])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 273]

La preuve est dans la suite du verset:

([…et que l’ignorant croit riches parce qu’ils ont honte de mendier- tu les reconnaîtras à leur aspect - Ils n’importunent personne en mendiant...])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 273]

Qui est celui qui mérite le plus que vous lui donniez l’aumône ? C’est celui qui a honte de te demander l’aumône, Allah, exalté soit-Il, dit :

([…et dans leurs biens, il y avait un droit au mendiant et au déshérité.])

[ Al-z?RIY?T (QUI EPARPILLENT) : 19]

image
Au fait, le déshérité est cette personne probe et vertueuse qui a honte de mendier, à laquelle personne ne fait attention ; le bienfaiteur est appelé d’urgence à aller à la quête de cette personne chaste. Il arrive que le bienfaiteur donne l’aumône à celui qui la lui demande avec insistance jusqu’à lui faire perdre patience, il lui donne sans aucune conviction, juste pour se débarrasser de lui.
Or, l’important c’est d’aller à la recherche du pauvre qui ne demande pas l’aumône. Car ce pauvre n’ira jamais à la recherche du bienfaiteur, son amour-propre et sa dignité l’en empêchent ; c’est justement ce pauvre qui mérite et est digne de ton aumône.

Méfiez-vous des clochards:

Chers frères, sachez qu’il y a des histoires incroyables ; le compte de certains de ces mendiants atteint une quarantaine de millions, sans parler des biens qu’ils possèdent, des immeubles, des voitures privées luxueuses et des taxis ; c’est une voie assez facile et aisée pour gagner l’argent. Plus même, des organisations et des cellules sociales ont été établies en ayant pour visée la mendicité ; on assiste à des plâtres artificiels, à des enfants à louer contre un salaire convenu, à des vêtements en haillons, à une maison spéciale pour les enquêtes… c’est pourquoi vous êtes appelés à aller à la recherche du pauvre chaste et vertueux retenu par la honte et l’amour-propre, du pauvre qui vous donne l’impression d’être riche.
Un de nos frères a entrepris de lutter contre le phénomène de mendicité, il a fait une étude et une investigation sur 1500 mendiants ; il m’a juré que 5 seulement sont de véritables mendiants alors que les autres possèdent des crédits à la banque avec un chiffre dépassant les sept cent mille ou les huit cent mille, parfois leur fortune dépasse les deux millions, il existe même un mendiant qui est en possession de quarante millions. En posant la question à un mendiant professionnel sur la raison exacte de son comportement : « tu es riche, pourquoi donc fais-tu le mendiant » ? lui a-t-il demandé. « C’est une question de principe », lui a-t-il répondu.

L’obligation de dépenser dans la voie d’Allah, exalté soit-Il, ne se termine pas en se débarrassant de l’argent mais en le donnant à ceux qui le méritent :

Cette obligation ne s’arrête pas en donnant l’aumône à tort et à travers, il faut le placer au bon endroit ; Allah, exalté soit-Il, dit :

([…et que l’ignorant croit riches parce qu’ils ont honte de mendier- tu les reconnaîtras à leur aspect - Ils n’importunent personne en mendiant. Et tout ce que vous dépensez de vos biens, Allah le sait parfaitement])

[AL-BAQARAH (LA VACHE) : 273]

En raison de quoi, il faut faire ses recherches pour bien placer l’aumône et la donner à ceux qui la méritent. Car la rétribution ne peut se parfaire que dans ces conditions. N’arrêtez jamais de chercher.

Le don est le trait du croyant alors que l’avarice est le trait du non croyant :

Chers frères, nous devons tenir en considération que l’argent forme une force, que par l’argent nous pouvons atteindre l’apogée : nous pouvons aider un jeune homme ou une jeune fille à se marier, fournir un travail à un chômeur qui peut par la suite fonder un foyer.
Chers frères, le croyant est créé avec le don et non pas la prise
Allah, exalté soit-Il, a dit dans Son Saint Coran:

([Par la nuit quand elle enveloppe tout!] [Par le jour quand il éclaire!] [Et par ce qu’Il a créé, mâle et femelle!] [Vos efforts sont divergents.] [Celui qui donne et craint (Allah)])

Le croyant donne alors que le non croyant:

([Et quant à celui qui est avare])

[AL-LAYL (LA NUIT) : 8]

Que dépense-t-il le pauvre?

Si vous n’êtes pas à hauteur de combler les autres par vos biens, essayez de les combler par votre moralité. Allah, exalté soit-Il a donné l’ordre à l’indigent de payer l’aumône une fois par an, même s’il ne possédait que les vivres d’un seul jour, et ce, dans le but de lui faire goûter la dépense ne serait-ce qu’une fois par an. L’indigent n’est pas appeler à payer l’aumône en pièces, il peut le faire en portant conseil à autrui, en appelant les gens à Allah, exalté soit-Il, en étant une personne exemplaire, en visitant un malade, en offrant refuge à un pauvre, ou en sollicitant Allah en faveur d’autrui. Les voies qui mènent à l’obtention de l’Agrément d’Allah comptent par le nombre des souffles des créatures. L’indigent qui ne trouve pas un sou à dépenser dans la voie d’Allah peut le faire par mille autres moyens, Allah, exalté soit-Il, dit :

([Nul grief sur les faibles, ni sur les malades, ni sur ceux qui ne trouvent pas de quoi dépenser (pour la cause d’Allah), s’ils sont sincères envers Allah et Son messager. Pas de reproche contre les bienfaiteurs. Allah est Pardonneur et Miséricordieux])

[AT-TAWBAH (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 91]

Menace terrible à ceux qui thésaurisent l’or et l’argent :

image
Chers frères, Allah, exalté soit-Il, dit :

([A ceux qui thésaurisent l’or et l’argent et ne les dépensent pas dans le sentier d’Allah, annonce un châtiment douloureux,])

[AT-TAWBAH (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 34]

Les Oulémas ont dit : tout bien, si énorme fut-il, dont le propriétaire s’acquitte régulièrement de la Zakât n’est pas considéré en tant que trésor ; et tout bien si futile fut-il, dont le propriétaire s’abstient de s’acquitter de la Zakât est un trésor, de plus, le verset précédent approuve cela.
Je recommande vivement à cette personne charitable de joindre l’obéissance à Allah ainsi que la droiture aux bienfaits qu’elle accomplit afin d’en être couronnée le Jour de la Résurrection, Allah, exalté soit-Il, dit :

([Vous voilà appelés à faire des dépenses dans le chemin d’Allah. Certains parmi vous se montrent avares. Quiconque cependant est avare, l’est à son détriment. Allah est le Suffisant à Soi-même alors que vous êtes les besogneux. Et si vous vous détournez, Il vous remplacera par un peuple autre que vous, et ils ne seront pas comme vous])

[MUHAMMAD : 38]

Histoire allégorique : c’était moi le premier mendiant

On raconte que pendant qu’un homme était avec sa femme en train de manger du poulet, un mendiant a frappé à la porte, la femme a failli lui donner un morceau de viande mais son mari l’en a empêchée et lui a demandé de le chasser. Au bout de quelques temps, les choses ont tourné mal au sein de ce couple et le mari a répudié sa femme ; celle-ci s’est unie par la suite avec un autre. Puis, un jour la même scène s’est reproduite. En prenant leur repas, on a frappé à la porte, en allant ouvrir, la femme était troublée. « Qui est à la porte » ? lui a demandé son mari. « Un mendiant », a-t-elle répliqué. « D’accord, mais qui est-ce » ? a repris le mari. « Il s’agit de mon ex-mari », a-t-elle expliqué. « Sais-tu qui suis-je ? a demandé le mari ? Je suis le premier mendiant ».
Sache cher frère, lorsque tu fais l’orgueilleux et que tu te vantes par ta fortune devant le pauvre et lorsque tu le prives de son droit, Allah, exalté soit-Il, le Tout Puissant, peut changer les règles du jeu et renverser les rôles

([Vous voilà appelés à faire des dépenses dans le chemin d’Allah. Certains parmi vous se montrent avares. Quiconque cependant est avare, l’est à son détriment. Allah est le Suffisant à Soi-même alors que vous êtes les besogneux. Et si vous vous détournez, Il vous remplacera par un peuple autre que vous, et ils ne seront pas comme vous])

[MUHAMMAD : 38]

En payant l’aumône, tu dois éprouver un grand amour à l’égard de ton Créateur pour t’avoir permis de le faire. Je répète, le pauvre qui a accepté de prendre l’aumône a du mérite. Du temps d’Omar ibn Abdul-Aziz, les riches faisaient des kilomètres et des kilomètres à la recherche d’une personne pauvre qui accepterait de prendre l’aumône. Par conséquent, tu dois à ce pauvre le mérite dont il t’a favorisé en te permettant d’obéir à Allah par ton acte de bienfaisance à son égard. Le Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam donnait lui-même l’aumône au pauvre ; de même on assiste à des gens riches qui en donnant l’aumône au pauvre, sont scrupuleux en insistant que la main du pauvre soit supérieure à la leur, et ce, par respect et égard envers Allah, exalté soit-Il.

Et louange à Allah Seigneur de l’univers

Traduction : Nermine Omari
Vérification : Alaa Abouzrar